Echo

 

Les jumeaux VAILLANT sont retrouvés assassinés, mutilés et mis en scène en miroir autour de la table de leur salle à manger. Stars de la télé-poubelle, ils animaient une célèbre émission consistant à laminer chaque invité en allant fouiller dans sa vie pour y racler le moindre secret honteux. La liste de ceux qui auraient aimé les voir morts est donc longue, entre invités humiliés, employés exploités et amants abusés; ils n'aimaient personne et personne ne les aimait. Mais celui qui s'est déchaîné et acharné sur eux la nuit de leur mort était bien au-délà de la haine... 

A première vue, on a affaire à une enquête somme toute assez classique. Ce serait mal connaître Ingrid DESJOURS, qui à mon avis ne sait plus depuis longtemps ce que ce mot veut dire. C'est mon quatrième livre de cet auteur (voir mes chroniques de LES FAUVES, LA PRUNELLE DE SES YEUX et POTENS) et pas un des quatre ne se ressemble, et aucun des quatre ne ressemble à quelque chose que j'ai déjà lu. 

D'abord, des victimes que beaucoup ne sont pas mécontents de voir disparaître, que personne ne pleurera, voire qui n'ont eu que ce qu'elles méritaient. Une enquête pas très motivante pour le flic qui se la récolte.

Sauf que le flic se voit affublé d'une psycho-sexo-criminologue au moins autant perturbée que les tarés qu'elle tente de décrypter, même si elle a choisi de mettre ses déviances au service du Bien (et je ne suis pas du tout sûre de ça). Dès qu'elle apparaît, le charisme du personnage de Garance HERMOSA éclate. La dualité entre la femme fatale, croqueuse d'hommes et si sûre d'elle, et la femme-enfant qui peut surgir à tout moment avec son besoin d'être protégée et rassurée, est parfaitement bien mis en scène, et avec tant de subtilité qu'on ne tombe pas dans le cliché et que la complexité du personnage est totalement crédible, et renforcée par ce sentiment que Garance cache tant de choses. 

Enfin et surtout, l'enquête policière est entrecoupé d'extraits d'un journal intime. Ce journal, c'est celui d'un enfant, qui confie les violences sexuelles et psychologiques épouvantables que sa famille lui fait subir, et qu'on va tout au long du livre voir grandir à travers ce journal... et devenir un monstre.  Assister à l'évolution, au passage de l'enfant victime innocente à l'adolescent ivre de vengeance et duquel tout sentiment a disparu - on les a tués-, froid, calculateur, sans aucune empathie, donne lieu à des passages glaçants, terrifants. Comme d'habitude, Ingrid DESJOURS sait clairement de quoi elle parle (l'auteur est consultante et spécialisée en sexo-criminologie) et le lecteur le ressent. C'est le récit de la naissance d'un psychopathe et c'est l'écriture d'Ingrid DESJOURS, où tout est juste, sans un mot à côté, où tous les détais sont soignés, qui le rend à la fois fascinant et angoissant. Et bien évidemment, chaque extrait du journal intime vient brouiller les pistes de l'enquête et vous changerez dix fois d'avis sur l'identité de cette victime devenue bourreau. Les attentifs décèleront un infime indice; ne rêvez pas je n'en dirais pas plus et puis cet indice ne vous démêle qu'un centimètre de la pelote...

Ce frisson qui vous grignotera l'échine dès les premières lignes du journal intime ne vous quittera plus de toute la lecture. N'est-ce pas ça qu'on aime et qu'on recherche quand on lit un thriller? Ne résistez pas...

ANNE-CE

 

ECHO d'Ingrid DESJOURS, paru aux Editions POCKET en juin 2010 et précédémment aux Editions PLON en février 2009