1540-1

 

Après le dernier Agnès LEDIG, on continue dans la lignée des déceptions. L'attente était forte après le bijou qu'a été AU-REVOIR LA HAUT, plus dure a été la chute.

L'histoire commence en 1999. Antoine a 12 ans; c'est un adolescent solitaire, sans figure paternelle, cornaqué par une mère ultra rigide et aigrie par le départ de son mari, mais qu'il veut malgré tout protéger d'autres malheurs. Ses seuls compagnons sont le fils de 6 ans des voisins, Rémi, et leur chien Ulysse, et Antoine va brutalement les perdre tous les deux.

Quand le père de Rémi achève devant lui le chien renversé par une voiture, Antoine est traumatisé par la cruauté, la violence et l'injustice de la scène. Alors qu'il s'est isolé pour laisser parler son chagrin et que Rémi, ignorant tout du sort du chien, le rejoint dans le bois, Antoine est submergé par la colère et déverse sur l'enfant toute la rage que lui inspire son père pour avoir tué Ulysse; il le frappe avec un morceau de bois et le tue.

Toute la suite du roman explique comment, après avoir caché le corps dans les bois, Antoine va devoir faire face à son crime, immédiatement après celui-ci mais pendant toute sa vie ensuite, alors qu'il a désormais 24 ans, une épouse et un statut de médecin. Comment se construire lorsque l'on porte un tel fardeau? Comment vivre une vie sereine lorsqu'à tout moment le corps peut refaire surface, le confondre et anéantir sa vie 12 ans après? Doit-on encore payer pour un acte commis alors que l'on n'était qu'un enfant? Le destin ou la chance ont-ils été les seuls à l'oeuvre pour que le drame reste enfoui pendant tant d'années, ou quelqu'un a-t-il protégé Antoine dans l'ombre?

Je ressors de ma lecture totalement perplexe. Je n'ai retrouvé ni le LEMAITRE de la mythique trilogie VERHOEVEN, ni celui du sublissime AU-REVOIR LA HAUT... à croire que Pierre LEMAITRE est atteint du trouble des personnalités multiples, mais alors celle qui a écrit TROIS JOURS ET UNE VIE ne serait pas ma préférée.

Le départ  de l'histoire m'a semblé assez invraisemblable. Qu'un enfant de 12 ans en tue un de 6 ans, on peut malheureusement y croire, mais que cet adolescent entre en furie au point de battre à mort cet enfant, juste parce qu'un adulte a tué un chien... J'aurais jugé plus crédible de donner à la mort de Rémi un caractère accidentel et ça n'aurait rien enlevé à l'angoisse et à la culpabilité d'Antoine.

A partir de là, j'étais déjà un peu braquée et du coup je ne suis pas parvenue à entrer dans l'histoire d'Antoine. Pourtant, le sujet est intéressant, les rebondissements sont présents et la curiosité de savoir s'il va finir par être découvert est bien là.

Pour ces raisons, je ne peux pas vraiment dire que je n'ai pas aimé ce livre, mais il m'inspire un "bof bof". C'est une lecture dont on peut vraiment se passer si on doit choisir dans la bibliographie de Pierre LEMAITRE.

 

ANNE-CE

TROIS JOURS ET UNE VIE de Pierre LEMAITRE, paru aux Editions ALBIN MICHEL en mars 2016