L-impae

 

Lorsque le fils du célèbre écrivain Marc CARON disparaît, l'étau se resserre autour de cet homme qui depuis plusieurs mois lutte pour cacher à tous ses délires psychiatriques. Derrière la façade de celui à qui tout réussit se révèle un homme rongé par l'angoisse et lentement atteint par une folie qui le conduit à ne plus rien maîtriser et à douter de ce qu'il est capable de faire pendant ces crises dont il n'a aucun souvenir lorsqu'il en ressort. Pourquoi ne se souvient-il pas de ce qu'il a fait pendant les heures où Arthur est sensé s'être évaporé? Est-il le propre responsable de l'enlèvement de son fils? La police n'a aucun doute et voit en lui le coupable idéal, et il sera bien difficile à Marc CARON d'échapper à l'engrenage judiciaire et de conserver des alliés pour retrouver son enfant.

Cette lecture a été pour moi l'occasion de faire un tour dans les montagnes russes! 

J'ai d'abord eu beaucoup de difficultés à entrer dans l'histoire; j'ai trouvé que le récit peinait à se mettre en place, que l'énigme tournait en rond sans décoller. En y réfléchissant, je pense que c'est dû à l'antipathie que m'a tout de suite inspiré le personnage de Marc CARON. Un écrivain pénible, hautain, méprisant envers son public; je ne sais pas qui est visé par cette description, mais j'ai vraiment cru reconnaître quelques-uns et ça ne m'a pas forcément plu. D'une part parce que je trouve que ça n'apporte rien au récit et que j'ai eu l'impression que l'auteur réglait gratuitement quelques comptes, d'autre part parce que - je dois bien l'avouer - je n'aime pas qu'on s'attaque à mes idoles et qu'on les démystifie! 

Toutefois, même si c'est long, une fois que l'histoire est lancée (150 pages quand même!) je me suis retrouvée pleinement entraînée.

J'ai trouvé intéressante cette division du livre en trois parties axée tour à tour sur Marc, sa femme puis son fils, qui permet évidemment de renouveler les points de vue et de relancer l'histoire.

J'ai aimé cette ambiance où Marc CARON est amené à douter de tout et d'abord de lui-même, où il n'est plus maître de rien alors que d'habitude c'est lui, l'écrivain, qui joue les marionnettistes avec ses personnages dans ses livres. Il va devoir faire confiance à des gens aux antipodes de ceux qu'il côtoie habituellement, découvrir qu'il est l'objet d'une vaste manipulation et chercher qui en est l'auteur.

Le positionnement de Lucile, la femme de Marc, n'est pas très original - cette mère prête à tout pour sauver son fils et qui refuse de croire en la culpabilité de son époux- mais le personnage reste efficace même si certains de ses actes m'ont laissée perplexe en termes de crédibilité...

En tout cas, l'histoire prend, ça part dans tous les sens, les pistes se multiplient et on ne voit toujours pas qui avait intérêt à faire basculer ainsi la vie de Marc CARON. Parce que oui, à un moment donné, cette question prend le pas sur celle de savoir ce qui est arrivé au gamin! 

Alors, forcément, alors que j'avais retrouvé plein d'espoir, quelle déception que cette fin! J'ai éprouvé un véritable sentiment de "tout ça pour ça". La résolution de l'énigme tombe à plat. L'identité du responsable est clairement décevante et ses mobiles à mon sens très peu crédibles. Une telle histoire méritait un meilleur méchant ! 

Un avis forcément mitigé donc, mais à vous de vous forger le vôtre!

Je remercie les Editions Michel LAFON et Camille GROELLY pour leur confiance renouvelée.

ANNE-CE 

 

L'IMPASSE d'Olivier DESCOSSE, paru aux Editions Michel LAFON le 24 octobre 2019