Mademoiselle-a-la-folie

 

C'est au feeling, parce que j'ai bien aimé le titre et que j'avais vu passer la couverture sur les réseaux sociaux, que mon choix s'est arrêté sur MADEMOISELLE, A LA FOLIE!

Ce court roman nous raconte - et je pourrais même dire nous conte - l'histoire de Catherine, actrice et comédienne adulée, diva au sommet de sa gloire, maîtresse d'un ministre mais qui à 48 ans, va se voir diagnostiquer une forme précoce de la maladie d'ALZHEIMER.

De ce postulat simple mais tragique, de ce titre qui claque comme pour une entrée, ou une sortie de scène, Pascal LECOSSE va faire un récit empreint de beaucoup de délicatesse, subtil, où tout, jusqu'à la fin, ne sera que suggéré. L'écriture de l'auteur est très fine et précise, douloureusement drôle et drôlement douloureuse.

Elle décrit avec une force poignante la détresse de Catherine, cette femme puissante qui pour une fois ne maîtrise, ni dirige plus rien, qui dans ses moments de répit comprend avec une lucidité féroce ce qui est train de lui échapper et qu'elle ne peut pas retenir, même dans ce petit carnet bleu où désormais elle consigne tout. Quoi de pire pour une actrice d'oublier ces mots qui ont fait d'elle ce qu'elle est? 

Pascale LECOSSE a tout autant de talent pour évoquer et faire transparaître l'impuissance de Mina, la fidèle assistante de Catherine, à aider son amie. D'habitude, Mina est là pour anticiper et satisfaire les moindres désirs de l'actrice, mais face à la maladie elle ne peut rien et c'est totalement désemparée qu'elle assiste à la lente déchéance de celle qu'elle admire tant. Elle refusera d'abord l'évidence, avant de partir au combat pour maintenir coûte que coûte la normalité du quotidien de Catherine.

En effet, derrière cette apparence de duo patronne/employée-esclave, la relation de Catherine et Mina est sincère et touchante et souligne d'autant plus la solitude de la première; cette solitude qui n'est troublée que ponctuellement par les apparitions de son amant ministre, lui qui fait depuis longtemps partie de sa vie sans la connaître vraiment. 

En tout cas pas autant que Mina; et l'antipathie -la jalousie?- que l'amant inspire à l'assistante, la rivalité qu'elle instaure entre eux donne lieu à de savoureux échanges, où l'ironie mordante de Mina fait mouche et empêche totalement le récit de sombrer dans une ambiance lourde et déprimante.

Au contraire, cette folie de Mademoiselle, celle qu'elle a choisie de mettre dans sa vie comme celle qu'elle subit désormais, reste présente tout au long de cette lecture.

Pascale LECOSSE signe ici son premier roman et c'est vraiment une réussite. MADEMOISELLE, A LA FOLIE! fut pour moi une jolie parenthèse.

Un grand merci à Sandrine et Emilie, de la librairie Le Monde d'Arthur à MEAUX (77) pour m'avoir permis cette découverte.

ANNE-CE 

 

MADEMOISELLE, A LA FOLIE de Pascale LECOSSE, paru aux Editions de La Martinière le 17 août 2017