1540-1

 

Bon, disons que je me suis faite un peu avoir avec ce bouquin...la quatrième de couverture m'a fait des promesses qu'elle n'a pas tenues, mais après tout les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent comme on dit, et pour le coup je crois bien m'être illusionnée toute seule.

Un couple est enlevé et se réveille au fond d'une piscine vide; impossible d'en sortir, inutile d'appeler à l'aide. Alors que les jours passent, la soif et la faim deviennent intolérables et le couple se met alors à regarder différemment les deux seuls ojbets qu'on leur a laissés : un revolver chargé d'une seule balle et un téléphone qui n'a délivré qu'un seul message, "vous devez tuer pour vivre".

Les enlèvements se multiplient sans qu'aucun lien entre les victimes ne se dessine, sans qu'aucun mobile ne puisse être attribué à cet am stram gram morbide auquel le ravisseur les soumet.

Jusqu'à ce que le commandant Helen GRACE réalise qu'elle a été toute proche de la vérité depuis le début...

Impossible de ne pas s'attarder sur la question posée par la trame de l'histoire : serions-nous capable de tuer pour vivre, surtout quand il s'agit d'un proche? M.J ARLIDGE décrit avec subtilité l'évolution du questionnement psychologique des victimes confrontées à ce dilemme; comment, après l'avoir au départ rejetée en bloc, la présence physique du revolver se rapproche et se fait pesante entre les deux otages, alors que s'imposent des schémas qu'elles se seraient crues incapables d'envisager. L'après am stram gram est tout aussi bien évoqué : quand on doit vivre avec le poids d'une telle culpabilité, le survivant n'est pas toujours celui qu'on croit et ne le reste parfois pas longtemps.

AM STRAM GRAM est un très bon polar, mais j'en attendais autre chose. Je pensais au vu de la quatrième de couverture qu'on aurait affaire à une histoire davantage psychologique et terrifiante, plus originale. En fait, tout simplement, je ne me suis pas fait assez peur en lisant ce livre.

 

ANNE-CE

AM STRAM GRAM de M.J ARLIDGE paru aux Editions LES ESCALES en mars 2015