IMG-20150118-00648IMG-20150118-00649

 

Aie, mince, alors là je suis bien embêtée avec cette chronique.

Parce que je suis une fan absolue de Maxime Chattam. Ses livres sont en bonne place dans ma bibliothèque à côté des Amelie Nothomb, Douglas Kennedy et Jean-Christophe Grangé. Ils sont juste géniaux, en plus il est beau, il a un sourire à faire fondre n'importe quel petit coeur...oui bon je m'égare, ceci est un blog de lectures.

Donc, je disais : j'ai trouvé tous ses bouquins (ou presque) géniaux, je les dévore comme ses personnages dévorent leurs victimes, en frissonnant délicieusement, en le suivant avec plaisir dans l'exploration de ce thème du Mal qui lui est cher et dans ses envolées vers le paranormal.

Alors ce dernier opus, je l'attendais avec impatience et comme les autres je l'ai avalé d'une traite, en 5 jours. D'autant qu'on nous annonce un dénouement qui nous laissera sans voix. Et pour la première fois je vais devoir dire d'un Chattam que je n'ai pas aimé.

D'abord, l'écriture est très différente des Chattam habituels. Après c'est plutôt positif puisque cela montre que l'auteur sait se renouveler.

En fait, le vrai problème c'est que cette écriture est très noire, je veux dire beaucoup plus que d'habitude. Dans celui-là, aucune trace de surnaturel. D'habitude, les crimes des personnages de Chattam sont violemment mis en scène, il y a des meurtres sacrificiels dont les auteurs sont toujours suffisamment barrés pour qu'on n'imagine pas que ça puisse être notre voisin de palier. Or, cette fois, Maxime Chattam nous confronte à quelque chose de terriblement réaliste, avec une description très crue, très froide, qui laisse un sentiment de malaise présent dès les premières pages.

On ne frissonne plus délicieusement, on flippe terriblement.

Et puis ce dénouement spectaculaire : j'y ai pas cru, ça ne l'a pas fait. Ca ne m'a fait ni chaud ni froid alors que ça aurait dû me faire très très froid si ça avait fonctionné. Impossible de vous en dire plus sans spoiler.

Bon, Maxou, c'est pas si grave, on ne peut pas être toujours génial donc "tout est pardonné". Et vivement le prochain

ANNE-CE

 QUE TA VOLONTE SOIT FAITE de Maxime CHATTAM aux éditions ALBIN MICHEL paru le 2/01/2015