Led

 

En ce jour de grand froid sur le nord de la France, je vous invite à enfiler les moufles,  mettre la doudoune,  vous parer d’une écharpe bien chaude et visser un  bonnet sur votre tête …

Nous, partons avec Caryl FEREY, en RUSSIE,  à NORILSK, ville la plus septentrionale du monde aux confins du kraï de Krasnoïarsk.

 

 

 Quatrième de couverture de l'éditeur :

Norilsk est la ville de Sibérie la plus au nord et la plus polluée au monde. Dans cet univers dantesque où les aurores boréales se succèdent, les températures peuvent descendre sous les 60°C.
Au lendemain d'un ouragan arctique, le cadavre d'un éleveur de rennes émerge des décombres d'un toit d'immeuble, arraché par les éléments. Boris, flic flegmatique banni d'Irkoutsk, est chargé de l'affaire.
Dans cette prison à ciel ouvert, il découvre une jeunesse qui s'épuise à la mine, s'invente des échappatoires, s'évade et aime au mépris du danger. Parce qu'à Norilsk, où la corruption est partout, chacun se surveille.
Et la menace rôde tandis que Boris s'entête...

 

Avec NORILSK, Caryl FEREY nous entraîne dans la ville la plus pourrie au monde selon lui et je ne vais pas le contredire vu la description qu’il en fait, l’hostilité à laquelle ses habitants sont confrontés, compte tenu des photos extraordinaires et des articles édifiants que ma curiosité m’a incitée à aller consulter sur le net. 

Ce décor est prétexte à une plongée sombre et terrifiante dans le quotidien des habitants de cette ville cité où l’espérance de vie se réduit comme peau de chagrin à cause de la pollution, le froid tétanise les promeneurs et dans laquelle la corruption régit les relations .

Donc sous le soleil ou plutôt sous la glace rien de nouveau vous allez me dire …Et bien si !  Car Caryl FEREY associé à son éditeur fétiche Aurélien MASSON, passé de la Série noire de Gallimard à la collection EQUINOX aux Arènes  nous offre un polar certes glacial mais surtout beaucoup plus rock’n’roll que d’habitude…

Il s ‘est un peu lâché, je trouve .En effet, il y a tout d’abord de nombreuses références musicales tendance Bowie mais aussi gros son métal, ensuite un petit côté encore plus trash  qui n’est pas pour me déplaire et enfin  un parti pris très gay friendly que je n’avais jamais rencontré dans les précédents opus de l’auteur .

Caryl FEREY malmène toujours autant ses personnages, n’hésite pas à appeler un chat un chat, il ne fait pas dans la dentelle et cette marque de fabrique se retrouve encore une fois ici et c’est ce que j’aime chez cet auteur.

L’esprit russe qu’il décrit longuement semble lui plaire particulièrement et fait l’objet de nombreuses digressions intéressantes et nécessaires à l’intrigue  mais parfois un brin longuettes selon moi, il explique largement les grandes dérives poutiniennes et j’aurais tendance à penser que cela nuit  au souffle de son enquête policière …car en effet, si le contexte singulier et les personnages attachants  de NORILSK m’ont beaucoup plu , j’ai trouvé l’intrigue un tantinet poussive, parfois un peu enlisée dans la glace …

Il n’en reste pas moins que NORILSK est un bon polar qui frappe puissamment et juste comme un grand shot de vodka !

« Za zdorovie! »

 

MYMY

LËD de Caryl FEREY paru en janvier 2021 dans la collection EQUINOX aux éditions LES ARENES.