Nord-et-Sud

 

Je ne connais pas très bien la littérature classique anglaise, mais je m’y intéresse depuis peu puisque mon ado maison, elle, adore ….

Et aujourd’hui, je vous propose une découverte pour moi : NORD ET SUD, un roman d’Elizabeth GASKELL  lu dans le cadre d’une lecture commune avec mes amies du groupe À L’ASSAUT DES PAVÉS…. groupe qui a pour but initial de voir "ma pile à lire" de briques diminuer mais qui a la fâcheuse tendance à la faire augmenter démesurément !

 

Quatrième de couverture de l'éditeur :

Dans l'Angleterre victorienne du milieu du XIXe siècle, la jeune et belle Margaret Hale mène une vie confortable auprès de ses parents, dans la paisible et conservatrice région de la Cornouailles. Son père, ministre paroissial, décide un jour de renoncer à l'Eglise et part vivre avec sa famille dans le Nord de l'Angleterre. Margaret se retrouve alors plongée dans le monde industriel, ses duretés et sa brutalité. Au contact des ouvriers, la conscience sociale de la jeune fille va s'éveiller et la transformer radicalement.

 

Je ne vais pas être très originale en écrivant que NORD ET SUD est un savoureux mélange de ORGUEIL ET PRÉJUGÉS et GERMINAL …En effet, tout au long de ce roman c’est comme si les personnages de Jane AUSTEN avaient rencontré ceux d’Émile ZOLA et le résultat est tout à fait à mon goût.

L’héroïne, tout d’abord, Margaret, m’a beaucoup plu. C’est est une jeune fille généreuse, dynamique, un brin obstinée et décidée à mener sa vie comme elle l’entend. Elle a du tempérament, de la ressource, ne se plaint jamais contrairement à ses parents et elle illumine ce roman par sa fraîcheur et sa noblesse de cœur. John THORNTON, ensuite, amoureux éconduit, un peu austère et parfois ombrageux, d’une sincérité touchante a su conquérir mon cœur à défaut de séduire celui de Margaret. Leurs querelles amoureuses, leurs hésitations, leurs incompréhensions mutuelles  rendent leur histoire d’amour savoureuse et ses rebondissements ont rendu ma lecture plus qu’attrayante.

Si l’intrigue amoureuse peut sembler légère et distrayante, l’intérêt du roman repose à mon sens sur la période qu’il  dépeint. Nous sommes au XIX ème siècle, dans le Nord de l’ANGLETERRE en pleine révolution industrielle,  les syndicats ouvriers émergent, les grèves se multiplient et l’hégémonie des grands patrons est mise à mal .

Notre héroïne, Margaret est  contrainte de vivre dans cette région en pleine mutation, elle va côtoyer la misère ouvrière, va prendre fait et cause pour les plus démunis , se heurtera aux convenances et observera d’un œil critique l’entre-soi des nantis. Ce décor où les grandes manufactures et leur main d ‘œuvre servent de prétexte à un propos engagé de l’auteur permettent de prendre conscience de l’époque et des changements à venir.

Enfin, peu habituée ces derniers temps à lire des écrits classiques, j’ai rapidement retrouvé avec plaisir certaines expressions désuètes, un style parfois ampoulé et j’ai apprécié ce récit rythmé et par certains aspects quelque peu suranné.

Une déconnection complète avec notre époque qui m’a beaucoup plu et je suis tentée de lire d’autres romans de cette romancière…

MYMY

NORD ET SUD de Elizabeth GASKELL paru en édition de poche chez POINTS SEUIL en 2010.