Rivage-de-la-colere

 

 

 

C'est avec plaisir que j'ai retrouvé la plume de Caroline LAURENT et c'est avec un fort sentiment d'injustice que j'ai refermé son roman !

A travers RIVAGE DE LA COLERE et grâce à la littérature, l'auteur met en lumière la tragique histoire et l'engagement  des Chagossiens, habitants de petits atolls au large de l'île MAURICE , modestes confettis sur les cartes  mais véritable combat pour leurs habitants dépossédés de leur terre et de leurs traditions .....

Quatrième de couverture de l'éditeur :

Certains rendez-vous contiennent le combat d’une vie.
Septembre 2018. Pour Joséphin, l'heure de la justice a sonné. Dans ses yeux, le visage de sa mère…
Mars 1967. Marie-Pierre Ladouceur vit à Diego Garcia, aux Chagos, un archipel rattaché à l’île Maurice. Elle qui va pieds nus, sans brides ni chaussures pour l’entraver, fait la connaissance de Gabriel, un Mauricien venu seconder l’administrateur colonial. Un homme de la ville. Une élégance folle.
Quelques mois plus tard, Maurice accède à l’indépendance après 158 ans de domination britannique. Peu à peu, le quotidien bascule et la nuit s’avance, jusqu’à ce jour où des soldats convoquent les Chagossiens sur la plage. Ils ont une heure pour quitter leur terre. Abandonner leurs bêtes, leurs maisons, leurs attaches. Et pour quelle raison ? Pour aller où ?
Après le déchirement viendra la colère, et avec elle la révolte. 

A la lecture du roman de Caroline LAURENT comment ne pas penser aux îles BIKINI et ces autres territoires minuscules et souvent insulaires dépeuplés par la force et utilisés à des fins militaires, comment ne pas s’insurger devant tant d’injustice et de totalitarisme ? 

A mi-chemin entre la fiction et le documentaire, Caroline LAURENT mêle avec intelligence la petite histoire à la grande Histoire méconnue de ces îles minuscules de CHAGOS et elle pointe le doigt sur ce petit bout de terre, théâtre d’une tragédie humaine. 

Le roman de Caroline LAURENT nous retrace  la  vie de Marie-Pierre LADOUCEUR, jeune femme chagossienne charismatique, éprise de justice et spoliée de son paradis natal qui n’aura de cesse de lutter pour retrouver sa terre et de survivre à la tragédie que vit son peuple. Evidemment, cette héroïne meurtrie autant dans son cœur que dans sa chair et son destin terrible émeuvent autant qu’ils révoltent. 

La voie de Joséphin, fils de Marie-Pierre, qui milite et poursuit encore aujourd’hui le combat de sa mère apporte une résonnance actuelle au récit historique des événements qui ont conduit les chagossiens à quitter leur île. A travers ses mots, c’est toute la résistance de ce peuple meurtri qui résonne. 

Sans jamais tomber dans le pathos, la romancière met en lumière la destinée du peuple chagossien tout en proposant une fresque romanesque flamboyante et passionnante dont les personnages inspirés du réel forcent l’admiration.

Caroline LAURENT nous incite à nous pencher sur ce petit bout de terre de l'Océan indien qui lui est cher, elle nous fait embrasser la cause de ses habitants . Son roman est si bien mené et la cause qu'elle défend si juste, qu'au terme de notre lecture, l'empreinte de cette tragédie est telle sur nous, lecteurs, que le slogan "Nous sommes tous des Chagossiens" nous brûle les lêvres !

 

MYMY

 

RIVAGE DE LA COLERE de Caroline LAURENT aux éditions LES ESCALES paru en janvier 2020.