Le-chant-des-revenants

 

Dire que je ne connaissais pas Jesmyn WARD et qu’après avoir lu LE CHANT DES REVENANTS, j’ai envie de tout lire de cet auteur tellement j’ai aimé son roman, son message, ses personnages, son ambiance et surtout le style brut et lyrique de sa plume.

Nous sommes dans le MISSISSIPI, dans l’AMERIQUE profonde, là où la ségrégation et le racisme sont toujours prégnants et vifs. Jojo vient d’avoir 13 ans, c’est un jeune adolescent noir qui vit chez ses grands-parents maternels dévoués, avec sa sœur adorée et sa mère Léonie, cocaïnomane. Il est tiraillé entre son jeune âge et les responsabilités qui reposent sur ses épaules car son père est incarcéré et sa mère totalement irresponsable. Léonie n’a pas la fibre maternelle, elle est inconséquente, elle vivote et tente de supporter grâce à l’alcool et la drogue l’absence de son grand amour qui est en prison. Son grand amour, Michael, est issu d’une famille de petits blancs qui n’a jamais accepté que leur fils s’amourache d’une noire et encore moins qu’elle tombe enceinte.

Lorsque Michael téléphone pour annoncer qu’il sort de prison, Léonie décide d’embarquer enfants et amie dans une grande virée à travers le Sud pour aller le chercher à sa sortie du pénitencier de PARCHMAN. Mais la frénésie du voyage et l’exaltation de Léonie sont rapidement refroidis par la réalité de la situation et les difficultés de la famille.

Dans ce roman, Jesmyn WARD nous raconte avec intelligence et sincérité une AMERIQUE profonde emplie de violence, de haine et plongée dans une misère sociale inhumaine. Elle donne la parole aux morts et aux vivants, elle insiste sur le racisme omniprésent, sur la condition des afro-américains qui a peu changé au travers des âges et met l’accent sur la précarité des petites gens, des familles qui vivent ou plutôt survivent de peu, oubliées de tous. Jesmyn WARD dépeint un quotidien sombre où l’obscurité laisse rarement une lueur de beauté et de joie apparaître.

Jojo, jeune adolescent attachant est un personnage marquant, il est tellement mature et clairvoyant qu’il force l’admiration, il est attaché de manière viscérale et physique à sa sœur ce qui le rend terriblement attendrissant, il est si prévenant et affectueux avec elle. Il tente de percer le secret de son grand-père qui a connu le pénitencier de PARCHMAN dans sa jeunesse et représente la figure tutélaire de cette famille. Ce duo porte une partie du roman sur ses épaules et concentre tous les sentiments positifs que peut susciter cette histoire. J’avais tellement envie que Jojo et son grand-père trouvent la sérénité et l’apaisement après toutes les horreurs et les obstacles qu’ils ont dû endurer et surmonter. J’ai eu plusieurs fois la gorge nouée en lisant cette histoire, c’est un roman qui prend aux tripes. J’ai été révoltée par l’attitude de la belle famille, consternée par le comportement de Léonie et souvent attristée par les situations et les sentiments auxquels les protagonistes sont confrontés.

Enfin et surtout, ce roman est porté par une écriture poétique et puissante qui donne une intensité remarquable à ce récit et le sublime. Jesmyn WARD fait revivre les morts pour mieux raconter les vivants, elle mêle le surnaturel à la réalité et délivre un message ancestral et terrible.

Ce roman âpre et magnifique est tout simplement magistral, lisez - le !

MYMY

LE CHANT DES REVENANTS de Jesmyn WARD aux éditions BELFOND paru en février 2019.