La-somme-de-nos-folies

 

Voici ma première chronique de 2019 et elle sera pour ce joli roman qui se savoure comme une friandise, un petit bonbon acidulé glissé sous la langue. Une réelle belle surprise pour moi.

Dans un petit village proche de KUALA LUMPUR, les pluies diluviennes créent des inondations mémorables et c’est à cette occasion que Beevi décide de rendre sa liberté à son poisson neurasthénique alors qu’elle y est très attachée. Son vieil ami Auyong, directeur de la conserverie de litchis, assiste à la scène un brin étonné par la décision de Beevi, femme revêche d’un certain âge avec qui il partage de longues discussions sur tout et rien. Ces deux-là ne sont pas au bout de leur surprise puisque Mary Anne, jeune orpheline, débarque dans leur vie à la suite d’un accident et va parfaire leur duo de personnalités bien trempées pour former un trio inséparable et excentrique. Héritière d’une grande demeure aux quatre tourelles dépareillées, Beevi décide d’ouvrir un bed and breakfast pour les touristes de passage dans la région. Pour l’aider dans sa tâche, elle embauche Miss Boonsidik, lady boy charmante et fantasque.

Il est très très compliqué de résumé ce premier roman tant il est extravagant et parfois loufoque mais quel plaisir de rencontrer des personnages attachants, drôles, humains et farfelus, d’être dépaysée par les senteurs, la nourriture, les paysages.

L’alternance du récit à travers les commentaires affutés de Auyong et de l’espiègle Mary Anne donne une chronique joyeuse et décalée de la vie à Lubok Sayong , ils nous font partager le quotidien de ce village en y apportant force détails, avec une touche d’humour terriblement percutante. Les dialogues sont truculents et certaines scènes sont tellement pittoresques et invraisemblables qu’elles fascinent et emportent le lecteur.

Mais il ne faut pas se laisser confortablement embarquer par les facettes dépaysantes et drolatiques de ce roman car LA SOMME DE NOS FOLIES est aussi un livre plus profond qu’il n’y paraît, qui évoque la pauvreté, les dérives du tourisme en MALAISIE, le deuil, les différences, l’homosexualité et les diverses communautés qui façonnent le pays et vivent a priori en bonne entente.

Finalement, Shih Li Kow a réussi, dans ce premier opus, le tour de force de traiter de sujets importants et graves tout en entraînant son lecteur dans une épopée tendre, surprenante, singulière et exotique.

Ce roman, hors du commun, est une vraie réussite qui m’a enchantée, il égaiera et donnera des couleurs à vos lectures au coin du feu cet hiver !

MYMY

 

LA SOMME DE NOS FOLIES de Shih-Li KOW paru aux éditions ZULMA en août 2018