Carnaval noir

 

CARNAVAL NOIR... un titre mystérieux, envoûtant et sombre. Et pour cause, puisqu'il fait référence à des événements qui - dans le roman - se sont déroulés à VENISE, en 1575, où le carnaval fut cette année-là la scène de plusieurs crimes jamais résolus et touchant les membres de la confrèrie SCUOLA GRANDE.

Cinq siècles plus tard, un groupe chrétien d'extrême droite, l'italien BARTOLOMEO à sa tête, rassemble ses troupes et se prépare à faire assassiner le pape au moyen d'une machination perverse puisque pour renverser l'ordre établi, qu'ils jugent trop complaisant à l'égard du "danger musulman", ils ne vont pas hésiter à recruter des djihadistes pour être leur bras armé dans l'attentat qu'ils projetent.

BARTOLOMEO s'est donné pour mission de "sauver l'Occident" et d'éliminer les hérétiques.

Alors quand à VENISE, Donatella, qui a décidé de consacrer sa thèse à la SCUOLA GRANDE, tombe au cours de ses recherches sur un élément dont elle est certaine qu'il va faire l'effet d'une bombe; quand à GENEVE, le professeur de latin Bénédict HUGUES, découvre, cachée dans la reliure d'un livre ancien, une lettre destinée par l'évêque SCANZIANI au cardinal VALSANGIACOMO en 1574 et évoquant la mort de BENVENUTI, créateur de la SCUOLA GRANDE, le danger se rapproche et les meurtres du CARNAVAL NOIR vont trouver une nouvelle résonance.

Je suis réellement sortie de ma zone de confort avec CARNAVAL NOIR de Metin ARDITI : une écriture magnifique mais ardue, des références culturelles et historiques qui m'échappent, la  prédominance d'un sujet - la religion - qui peut vite m'horripiler. Si je me suis sentie d'abord noyée, j'ai persisté dans ma lecture et je ne le regrette pas.

Mêlant religion, histoire, actualité, Metin ARDITI construit un récit fascinant qui emprunte tout à la fois à la fresque historique et au polar puisqu'il y règne un indéniable suspense, et qui s'avère ainsi tout aussi passionnant qu'instructif.

BARTOLOMEO est captivant; son charisme, qu'il met au service de son projet effroyable et glaçant, provoque un effet d'attraction/répulsion qui bien évidemment fait tout l'intérêt de ce personnage complexe et dont le fanatisme, la psychologie sont incroyablement décryptés.

Et bien sûr, on ne peut s'empêcher de craindre la perversite et pourtant l'hyper-réalité du scénario envisagé dans le roman, le fil apparaissant si ténu entre la fiction et sa transposition dans le réel. Payer des djihadistes pour réaliser un attentat, attiser ainsi la peur, les amalgames et le rejet des musulmans pour mieux alimenter et propager ses convictions xénophobes : machiavélique mais pas si impensable...surtout que l'organisation des troupes du château de Pré-Vigne ne sont pas sans rappeler les factions nazies.

L'aspect historico-religieux du roman emporte le lecteur grâce à l'écriture de Metin ARDITI, de haut-vol, et j'ai été tout autant ravie par les connaissances que j'ai acquises que par l'histoire à laquelle l'auteur nous suspend. 

Merci aux Editions GRASSET pour leur confiance.

ANNE-CE 

 

CARNAVAL NOIR de Metin ARDITI, paru aux Editions GRASSET le 16 août 2018