Les-Heures-rouges

 

Voilà un roman que je n’aurais très vraisemblablement pas remarqué si le PICABO RIVER BOOK CLUB et les éditions PRESSES DE LA CITE ne m’avaient proposé un apéro littéraire avec l’auteur. Grand bien leur en a pris car j’ai découvert un roman engagé et féministe qui m’a interrogée et dont l’auteur a éclairé ma lecture lors de notre sympathique soirée dans le cadre du Festival AMERICA.

Dans un futur proche aux ETATS-UNIS, l’avortement est interdit, les femmes seules sont menacées à court terme de ne plus pouvoir avoir recours à la procréation médicalement assistée ni à l’adoption. A OREGON, village de pécheurs un peu retiré, quatre femmes se voient confrontées à ces nouvelles lois, elles prennent conscience, de manière encore plus violente, de leur condition de femme. Ro, célibataire quadragénaire est professeur d’histoire à l’université, elle écrit parallèlement la biographie de EIVOR, exploratrice islandaise du XIXème siècle, femme extraordinaire mais peu célébrée. Elle rêve de devenir mère et ce rêve est sérieusement compromis par ces nouvelles lois. Mattie est l’élève de RO. Brillante, elle aspire à un bel avenir mais ses rêves sont brisés par son aventure sans lendemain avec le beau gosse du coin. Se rendant compte rapidement qu’elle est enceinte, elle tente par tous les moyens illégaux d’avorter. Susan est mère au foyer, elle ne supporte plus son mari, elle aime se retrouver seule sans enfant à prendre en charge, elle regrette d’avoir abandonné ses prometteuses études d’avocat et se sent enfermée dans sa vie. Enfin, Gin est une guérisseuse qui vient en aide aux femmes avec ses potions et ses concoctions. Ces agissements et ces remèdes dérangent, les hommes l’emprisonnent et l’accusent de sorcellerie.

Les portraits de ces femmes que dressent Leni ZUMAS parleront à chacune des lectrices qui auront la curiosité de lire ce très beau roman. Elles se reconnaitront un peu dans chacune des héroïnes, ressentiront certainement de l’empathie pour chacune d’elles et auront vraisemblablement l’impression d’être l’une d’elles ou de l’avoir été à un moment de leur vie. Car en fait, Ro, Susan, Mattie ou Gin sont universelles et se battent ou se débattent avec un quotidien, des problèmes et des envies qui sont ceux de toutes les femmes. Les combats de celles-ci paraissent dépassés ou galvaudés alors qu’ils sont malheureusement encore d’actualité comme nous le prouvent les manifestations récentes ou les discours de certains politiques. Si parfois les épreuves que traversent les héroïnes du livre paraissent d’une autre époque, leurs luttes sont encore aujourd’hui à mener.

Leni ZUMAS a réveillé en moi des souvenirs, des impressions et des douleurs qui sont encore vives, elle a su me murmurer à l’oreille qu’être femme hier, aujourd’hui ou demain est en fait un combat de tous les jours, de toutes les époques, que rien n’est acquis et qu’il faut lutter inlassablement. Les hommes qui liront ce roman se trouveront peut-être un peu exclus voire caricaturés en lisant certains passages mais en fait, ces postures mettent en évidence la souffrance des femmes, leur destinée, leur situation. Leni ZUMAS vous dira qu’elle a rencontré de tels médecins ou de tels maris, ils sont fictionnels mais aussi tellement réels.

J’ai été captivée par ces destins de femmes, par le récit visionnaire de Leni ZUMAS et j’avoue avoir reposé ce roman avec une conscience encore plus aïgue des menaces qui pèsent sur les femmes et leurs droits. Il est à noter que la vision alarmiste que nous livre Leni ZUMAS est déjà (ou toujours) une réalité dans certains pays et qu’il est important et urgent de rester vigilant face à certains mouvements réactionnaires !

Un roman à lire, faire lire et qui fait réfléchir…

MYMY

LES HEURES ROUGES de Leni ZUMAS paru aux éditions PRESSES DE LA CITE en août 2016