Couleurs-de-l-incendie

  

COULEURS DE L'INCENDIE est la fausse suite, et donc plutôt le prolongement, d'AU REVOIR LA- HAUT, prix GONCOURT 2013. Ceux qui comme nous ignoraient que ce bijou aurait une suite se sont sans doute retrouvés partagés entre le plaisir de retrouver l'ambiance si particulière créée par Pierre LEMAITRE et l'angoisse que ce deuxième volet de ce qui sera - au moins- une trilogie ne parvienne pas à se hisser à la hauteur du premier, parti se nicher vers l'infini et au-délà, parmi les comètes littéraires.

Nous sommes sept années après AU-REVOIR LA-HAUT. Le livre s'ouvre sur les funérailles du patriarche PERICOURT, banquier de son état, qui en disparaissant laisse son empire financier aux mains de sa seule héritière, sa fille Madeleine. Tout semble tracé, mais l'enterrement du vieux banquier ne va pas se passer comme prévu, et Madeleine va devoir livrer une bataille totalement inattendue.

 

LE POINT DE VUE D'ANNE-CE

Quel délice, la plume de Pierre LEMAITRE, aux multiples facettes! 

C'est une plume qui pique de par ce regard sans concession, acerbe, qui est porté par l'auteur sur les travers de l'époque et les sentiments humains.

Fraude fiscale, corruption des politiques, pratiques journalistiques, concentration des affaires, donc de l'argent et donc du pouvoir entre les mains des hommes, spéculation, délit d'initié, crise économique, montée du fascisme et du nazisme sont autant de sujets du tableau peint par Pierre LEMAITRE, avec une précision et un réalisme dus à l'historienne dont il s'est attaché les conseils pour l'écriture de COULEURS DE L'INCENDIE.

S'agissant des sentiments, toute la palette y passe : la confiance qui confine à la naïveté, la trahison qui provoque le désir de vengeance chez Madeleine, le besoin de reconnaissance qui entraîne la frustration et la vengeance chez Gustave, le désespoir de Paul, le dévouement de Vladi, l'égoïsme et la perversité d'André, l'amitié et la trahison chez Léonce, la cupidité commune à Charles et Gustave comme l'amibition l'est à André et Gustave.

Si elle pique, la plume de l'auteur chatouille aussi et provoque le rire de par ce ton caustique, grinçant, dont l'auteur ne se départit jamais, même pour décrire les situations dramatiques, et par cette façon d'interpeller directement le lecteur. Cette figure de style crée une proximité, une complicité avec l'auteur savoureuses et qui relance régulièrement l'histoire. On rit beaucoup au cours de cette lecture alors même que l'histoire n'a rien d'amusant! 

Même si évidemment la poésie qui entourait le personnage d'Edouard PERICOURT nous manque nécessairement, COULEURS DE L'INCENDIE relève largement le défi et nous fera attendre plus qu'impatiemment le troisème volet. Et pour patienter, on savourera l'adaptation ciné de COULEURS DE L'INCENDIE, déjà dans les tuyaux.

 

LE POINT DE VUE DE MYMY 

Exercice périlleux auquel s'est risqué Pierre LEMAITRE avec ce nouveau roman... et il réussit haut la main ce défi !

COULEURS DE L'INCENDIE  est un roman haletant qui se lit avec gourmandise si bien qu’il est difficile à lâcher. J’ai été happée dés les premières pages du récit,  il faut dire que l’histoire démarre sur les chapeaux de roues et ne ralentit qu’à la toute fin avec un dénouement que j’ai savouré, je l’avoue !

L’intrigue est très bien ficelée, pas de temps mort. Les personnages féminins de ce roman sont absolument bien campés et évoluent avec intelligence. Elles sont libres, limite dévergondées et surtout terriblement décidées, elles bousculent les conventions de l’époque. J’ai aimé ces portraits de femmes au fort caractère et elles ont largement contribué à l’enthousiasme de ma lecture tellement je voulais connaître leur avenir et leurs dernières frasques.

Alors évidemment, Madeleine PERICOURT n'a pas le charisme de son frère Edouard, héros de AU REVOIR LA-HAUT mais son personnage est néanmoins très attachant et emporte l'adhésion du lecteur tellement sa détermination est remarquable et son ingéniosité frappante.

Quant à la verve de Pierre LEMAITRE, elle m’a, à nouveau, conquise et j’ai particulièrement aimé le ton de l’auteur parfois acéré et mordant. Certains passages sont absolument jubilatoires. Pierre LEMAITRE nous propose une littérature populaire et ambitieuse, c'est là son immense talent !

Pierre LEMAITRE nous a dit lors de la rencontre à laquelle nous avons assisté « J’écris, comme je suis » et bien Monsieur LEMAITRE ne changez rien, c’est parfait ou presque.

 

COULEURS DE L'INCENDIE de Pierre LEMAITRE, paru aux Editions ALBIN MICHEL le 3 janvier 2018