Ne-prononcez-jamais-leurs-noms

J'ai commencé le dernier livre de Jacques SAUSSEY le jeudi 17 août 2017. Ce jour-là, un fou furieux, un de plus, venait de percuter la foule sur Les Ramblas de Barcelone. Je me suis refugiée dans mon livre sans en connaître le sujet. D'un coup, en croisant le titre du livre, la dédicace en en-tête "A toutes leurs victimes", et celle que m'a faite l'auteur et dont il m'avait expliqué faire la même à tous pour ce livre "Avec l'espoir que vous non plus, vous ne prononcerez plus jamais leurs noms", j'ai senti que la realité venait brutalement de devancer ma lecture, avec l'ironie cruelle que sait parfois avoir la vie.

Plus que jamais il est difficile de vous résumer cette histoire. C'est une nouvelle enquête du duo de flics Lisa HESLIN et Daniel MAGNE, et pas grand chose ne leur sera épargné. J'ai toujours admiré, chez des auteurs comme CHATTAM ou THILLIEZ,  cette capacité à malmener leurs personnages, celle qui vous fait tourner les pages plus vite en vous disant que non, il n'a pas pu leur faire ça, et découvrir que si, il l'a fait. Jacques SAUSSEY la possède aussi, assurément, et en use sans complexe dans ce livre. Cette fois, la route de Daniel MAGNE va croiser celle d'un poseur de bombes qui a décidé de se venger de toutes les souffrances que lui a infligées la vie. Et Lisa HESLIN bravera tous les dangers pour le secourir.

Au départ de ma lecture, je ne m'y suis pas retrouvée. Je ne sais si c'est l'actualite trop brûlante, mais j'avais l'impression d'y aller à reculons. L'alternance entre le récit du tueur, celui de Lisa et celui de Daniel m'a gênée, je trouvais que ça délivrait un récit trop haché et surtout, je ne retrouvais pas le rythme trépidant et la plongée immédiate dans l'action qui m'avait tant plu dans L'ENFANT AUX YEUX D'EMERAUDE ou LE LOUP PEINT. J'ai vite compris que NE PRONONCEZ PAS LEURS NOMS, même en remettant en scène HESLIN et MAGNE, allait être différent de leurs enquêtes précédentes.

C'est bien plus qu un thriller. En fait, c'est un roman noir et une très sombre réflexion. J'ai eu besoin d'un peu de recul pour écrire cette chronique, de digérer le lourd message que nous délivre l'auteur. Car le récit est sombre, d'un noir absolu, à l'image peut-être de celui que l'on imagine habiter le coeur, la tête et les entrailles de ceux dont on ne devrait plus prononcer les noms. Mais peut-être que ce noir c'est aussi celui qui s'infiltre dans nos coeurs chaque fois un peu plus, grignotant ce qui fait pourtant la différence entre eux et nous.

Le titre, si parfaitement adapté, m'a rappelé qu'effectivement, l'engagement pris par certains médias de ne plus révéler le nom et le visage des terroristes avait vite tourné court. Chaque fois que la radio ou la télé s'apprêtaient à nommer les tueurs de BARCELONE et de CAMBRIS, je serrais les lèvres en pensant "Ne prononcez pas leurs noms". Ils sont finalement comme celui dont on ne doit pas prononcer le nom dans Harry POTTER, sauf que ces monstres-là existent et ne disparaîtront pas par magie...

Pour moi en tout cas, NE PRONONCEZ PAS LEURS NOMS a été bien plus qu'un moment de fiction. Je ne sais même pas si Jacques SAUSSEY a voulu aller aussi loin, mais moi j'ai vécu son livre comme un sévère rappel à l'ordre, une confrontation à la réalité brutale et glaçante, sans concession. Une vision sombre bien loin des manifestations d'espoir, de solidarité et de résistance qu'on essaie d'opposer à chaque attentat. Un message engagé derrière le récit policier, et peut-être le moyen de nous forcer à regarder la réalité en face, de comprendre à qui on a réellement affaire pour mieux déterminer les moyens de les combattre. Mais doit-on choisir d'utiliser les mêmes armes, quitte à se perdre et devenir comme eux? 

 

ANNE-CE

NE PRONONCEZ JAMAIS LEURS NOMS de Jacques SAUSSEY, paru aux Editions du TOUCAN, Collection TOUCAN NOIR, le 11 janvier 2017