51kTmTXobBL__SX195_

 

Nous vous avons déjà parlé de littérature africaine au travers de notre découverte de Janis OTSIEMI et de son livre TU NE PERDS RIEN POUR ATTENDRE. Nous renouvelons l'expérience avec le dernier opus d'Owali ANTSIA.

L'auteur nous plonge dans la misère gabonaise à travers la vie de Kini. Cette jeune femme a fait de chaque jour de sa vie un combat pour offrir à son petit frère, Yoni, un avenir auquel elle a renoncé pour elle, et d'abord de quoi manger à sa faim. Entre une mère décédée, une soeur partie mener la grande vie et un père qui disparaît régulièrement pour cuver et s'endetter, Kini est la seule adulte responsable du foyer et c'est elle qui le tient à bout de bras. Alors pas question pour elle de s'autoriser à s'amuser; quand elle accepte d'aller à cette pool-party, c'est d'abord parce qu'elle peut y emmener Yoni. C'est pourtant là qu'elle recontre Kévin, qui comprend vite qu'il va devoir faire ses preuves et se montrer endurant s'il veut faire craquer la sauvage et méfiante Kini. Ces deux-là ignorent encore que le métier de flic de Kévin va de toute façon les faire se retrouver.

La force de ce livre réside indéniablement dans le personnage de Kini. Charismatique, c'est une jeune femme farouche; sa force de caractère force l'admiration, son intransigeance et son orgueil peuvent exaspérer. Elle est entière, courageuse, déterminée, plaçant la dignité au-dessus de tout, mais elle s'est totalement oubliée au profit de ce qui subsiste de sa famille. Et à force de trahisons et de mensonges, elle ne sait plus faire confiance et accepter de l'aide.

Evidemment, le sel de ce livre c'est aussi le vocabulaire gabonais, ses expressions imagées, ces claquement de langues que vous vous surprenez à faire lorsque l'onomatopée "Tchip" apparaît, les réflexions intérieures pittoresques et drôlissimes de Kini.

C'est encore la culture gabonaise que l'on découvre ou redécouvre avec étonnement et curiosité : la corruption ambiante, la débrouille permanente des démunis - entre coupure de courant pour impayé et épuisement du crédit du téléphone - le fétichisme, la magie noire et les croyances et superstitions en tous genres.

Le lecteur est transporté ailleurs, il se prend à houspiller Kini quand elle s'entête à ses dépens, à lui crier de lâcher prise, à maudire ceux qui veulent encore un peu plus alourdir le poids sur ses épaules.

S'ajoute à cela un mélange des genres qui fait de ce livre ni complètement une romance, ni totalement un polar, ni entièrement un roman social...mais le meilleur des trois pour un roman original qui vous fera sortir avec plaisir de vos lectures habituelles.

C'est frais, c'est drôle parfois, ce n'est pourtant pas si léger puisqu'il y a véritablement un message dans ce livre au travers de la description de la société gabonaise et de la lutte constante de certains de ses habitants pour y survivre.

Owali ANTSIA, je mesure l'honneur que vous m'avez fait en me confiant votre bébé et je suis fière de pouvoir le transmettre à mon tour à d'autres bras par l'intermédiaire de ce blog. Merci sincèrement de votre confiance et également pour la dédicace. 

Et vous, là, qui me lisez, n'hésitez pas à plonger avec Kini en terre gabonaise.

 

ANNE-CE

PAUVRE ET FIERE d'Owali ANTSIA, roman auto-édité paru le 1er juillet 2017