P1040678

 

Désormais,vous pourrez retrouver une nouvelle rubrique sur les Cousines de lectures.

En effet,vous pourrez faire plus ample connaissance avec certains auteurs dont nous aurons chroniqué et aimé les livres par le biais d'interviews que nous publierons.

Aujourd'hui, Julie EWA nous fait l'immense plaisir d'inaugurer cette nouvelle expérience.

 

Bonjour JULIE, très heureuse de vous avoir sur le blog des Cousines de lectures. J'ai moi-même chroniqué votre livre LES PETITES FILLES, il y a quelques jours, je l'ai dévoré et j'ai aimé me plonger avec Lina et Thomas dans cette affaire de disparition d'enfants au fin fond de la CHINE.

Bonjour Mylène et merci pour cet échange, je suis ravie que le livre vous ait plu !

Les petites filles est votre second roman, vous êtes une toute jeune romancière. Pourriez-vous tout d'abord vous présenter en quelques lignes ??

Je vais essayer d’être un peu plus originale que d’habitude : je suis une Alsacienne de 25 ans et on a déjà dit de moi que je suis un couteau-suisse. Déjà, parce que j’ai des origines suisses. Ensuite parce j’ai plein de cordes à mon arc : j’aime écrire, dessiner, danser, coudre, tricoter, cuisiner (même si je ne suis pas très douée), j’ai pratiqué plusieurs sports de combat et j’ai un côté MacGyver dès qu’il s’agit de réparer des objets.

Pourquoi avoir choisi un tel sujet : les infanticides en CHINE, le trafic d'enfants et la politique de l'enfant unique qui a été récemment réformée mais n'empêche pas des traditions millénaires de privilégier les naissances masculines ??

C’est un sujet qui me touche et qui m’a beaucoup interrogée. Au départ, je suis partie d’une question : comment est-il possible que des mères tuent leur enfant à la naissance ? Cela me paraissait complètement fou, insensé, alors j’ai commencé à me documenter et j’ai réalisé qu’une grande partie des femmes chinoises vivait un véritable calvaire que j’ai voulu décrire dans ce roman. 

Comment vous êtes-vous documentée sur le sujet ?? Avez-vous voyagé en CHINE ? Rencontré des mères chinoises ?? Avez-vous pu en parler avec elles ??

J’ai lu beaucoup de livres, j’ai regardé des documentaires. J’ai aussi interrogé beaucoup de Chinois. Pas de mères, car celles dont j’ai croisé la route ne parlaient pas ma langue. Mais j’ai rencontré des jeunes qui étaient enfants uniques et qui m’ont parlé de leurs mères. Je suis aussi partie en Chine tout le mois de juillet 2013. J’ai passé une dizaine de jours dans le sud, où j’ai séjourné dans un petit village dans les rizières. C’est le village qui a servi de modèle pour mon roman.

Comme vous le savez pour avoir échangé ensemble à ce sujet, je suis maman d'une petite princesse adoptée en CHINE, votre livre m'a particulièrement bouleversée et éclairée concernant les origines et l'histoire de ma fille. Et tout comme vous, les écrits de XINRAN parus aux éditions PICQUIER ont été pour moi une source d'informations et de témoignages importante. Que diriez- vous aux mamans, qui comme moi, ont le bonheur incommensurable d'être mère grâce ou plutôt à cause d'une politique inique et des traditions patriarcales ??

Je trouve qu’il faut beaucoup de courage pour adopter un enfant. C’est un geste magnifique que de faire une place dans son cœur et dans sa vie à un être qui a été mis au monde par d’autres. J’ai vu récemment le film Lion au cinéma qui parle de l’adoption internationale et l’histoire m’a beaucoup touchée.

Mais revenons plus précisément à votre roman. Celui-ci  se compose de courts chapitres qui s'entrecroisent dans le temps et nous dévoilent peu à peu les tenants et les aboutissants de votre récit. Lorsque vous commencez à écrire avez-vous un plan détaillé de l'histoire en tête ou envisagez-vous juste une trame que vous respectez plus ou moins pour mener vos écrits ?

Oui, j’ai un plan bien ficelé : chapitre par chapitre. Mais tout le long de l’écriture, je fais des va-et-vient entre mes recherches et la rédaction. Pour LES PETITES FILLES, le roman terminé était très éloigné du plan initial, parce que plein d’idées se sont rajoutées en cours de route. Ce sont souvent mes personnages qui me guident. Et puis plusieurs personnes dans mon entourage m’aident à améliorer mon intrigue : ma tante, ma mère, mon grand-père et ma meilleure amie.

Vos deux enquêteurs Lina et Thomas sont deux humanitaires qui se retrouvent au centre de votre intrigue et vont tenter de l'élucider .Pourquoi avoir choisi des novices pour mener l'enquête ?? 

Je voulais que le lecteur puisse s’identifier à mes personnages. Lina est une étudiante ordinaire qui part en Chine pour un voyage d’études. À l’aéroport, un homme appartenant à une ONG l’interpelle pour lui demander d’enquêter sur des disparitions d’enfants. J’ai envie que le lecteur puisse se projeter dans l’intrigue. Qu’aurait-il fait à la place de Lina ?

Les petites filles vient de sortir en format de poche aux éditions du Livre de poche, Avez-vous un nouveau projet d'écriture ??Si oui, pouvez-vous nous en parler ou est-ce encore trop tôt pour l'évoquer ??

Je travaille sur un nouveau polar avec mes personnages Lina et Thomas. Cette fois, l’intrigue se passera en France avec des parties en Roumanie et en Hongrie. Elle traitera de la question des Roms.

Merci Julie de vous être prêtée au jeu de cette interview. Je réitère mes compliments concernant votre ouvrage que je conseille vivement autour de moi et j'attends avec impatience le prochain..

Merci à vous !