L-evangile-des-tenebres

 

Ma cousine de lectures, déguisée en Père Noël, a déposé au pied de mon sapin la TRILOGIE DES TENEBRES de Jean-Luc BIZIEN, qu'ouvre L'EVANGILE DES TENEBRES.

Seth BALLAHAN, autrefois journaliste new-yorkais, a accepté pour sa femme une mutation à la campagne. Depuis, il dépérit, loin de sa vie trépidante d'autrefois, loin des scoops de la Grosse Pomme. Une pensée toutefois l'occupe : celle de Mickaël, jeune journaliste qu'il a recommandé à sa direction new-yorkaise pour partir mener une enquête en COREE DU SUD. Car on est sans nouvelle de Mickaël et BALLAHAN commence à se demander s'il ne l'a pas envoyé dans la gueule du loup, d'autant que son sort ne semble pas beaucoup préoccuper la hiérarchie du journal... Renouant avec son instinct de baroudeur, il fait pression sur ses supérieurs pour partir lui-même à la recherche de son protégé. Mais Mickaël est passé du côté obscur, celui de la COREE DU NORD, qui n' a accepté l'entrée d'aucun américain sur son Territoire depuis la guerre. Il va falloir à BALLAHAN des faux-papiers et des contacts complices pour espérer passer la frontière...et revenir vivant de cette COREE DU NORD où rôde actuellement un tueur implacable et insaisissable, qui mutile ses victimes. Une telle déviance, dans un pays où les esprits malades sont repérés et anéantis dès l'enfance, ne peut être tolérée et ne saurait être sue. Ces fléaux n'existent que dans les pays capitalistes, pour punir les exècs qu'ils tolèrent. Il faut stopper cet assassin rapidement et définitivement, et les autorités nord-coréennes comptent pour cela sur l'efficacité du lieutenant Paik DONG-SOO, officier de l'armée. Mais les huiles ignorent que le militaire accepte de moins en moins bien l'obéissance aveugle au culte du "Cher Leader" Kim JONG-IL.

Ce livre démarre sur les chapeaux de roue et on est tout de suite immergé... Un chasseur impitoyable, d'une froide détermination, qui repart avec un morceau de sa victime. La fuite éperdue de Mickaël qui, blessé en pleine forêt nord-coréenne, tente d'échapper à la traque de ses poursuivants armés de fusils et de chiens enragés.

Le rythme est intense puisque les chapitres sont assez courts et alternent entre les points de vue du tueur, de Mickaël, de BALLAHAN et de Paik DONG-SOO. Cela crée une tension constante, et on est plongé dans l'histoire, suspendu à l'enchaînement des événements. L'écriture de Jean-Luc BIZIEN crée une véritable addiction au récit, renforcée par une particularité que j'ai trouvée originale pour ne jamais l'avoir encore recontrée : nous faire comprendre que les personnages font des avancées capitales pour leur enquête... sans nous dévoiler la teneur de leurs découvertes. C'est redoutablement efficace, ça crée une frustration qui ne peut être soulagée qu'en continuant à tourner les pages.

Une ambiance à la Jean-Christophe GRANGE, une écriture à la Caryl FEREY... c'est vous dire le niveau de ce thriller.

L'écriture à la FEREY pour son côté incisif, sans concession. C'est brutal, violent; le lecteur n'est pas épargné... mais il aime ça, le lecteur. 

L'ambiance à la GRANGE car on a véritablement l'impression d'être en COREE DU NORD : on entend comme Mickaël les cliquetis des fusils et les aboiements hargneux des chiens, on ressent les branches d'arbres qui le fouettent et le freinent dans sa chute; on retient son souffle avec BALLAHAN lors des contrôles aux checks-points, on ouvre comme lui des yeux effarés devant les souffrances d'un peuple dont notre regard d'occidental peine à comprendre l'acceptation sans réserve de la parole du dictateur qui les dirige. J'ai beaucoup appris à travers la fiction sur le système politique nord-coréen et la soumission du peuple à travers le culte de la personnalité de son dirigeant.

Si j'avais juste un bémol, je dirais que le dénouement arrive peut-être un peu trop vite, un peu trop facilement alors qu'on pressentait une histoire complexe, et que j'aurais aimé que la confrontation finale entre le chasseur Paik DONG-SOO et le chasseur prenne davantage son temps, soit un peu plus approfondie.

Mais il y a encore deux tomes pour finir de se régaler!

 

ANNE-CE

L'EVANGILE DES TENEBRES de Jean-Luc BIZIEN, Tome 1 de LA TRILOGIE DES TENEBRES, paru aux Editions TOUCAN NOIR en octobre 2016