1540-1

 

Voici un roman difficile à conseiller. Il est pourtant particulièrement bien écrit et je l'ai beaucoup aimé... Mais il est évident qu'il faut aimer un temps soit peu la littérature pour apprécier un tel livre.

Aaliya est une femme âgée, libanaise, irrévérencieuse et qui a les cheveux bleus. A BEYROUTH, elle vit recluse dans son vieil appartement encombré de livres, de feuilles volantes et de cartons remplis de ses traductions. Car Aaliya est une femme amoureuse des livres et de la littérature qui s'astreint chaque jour de l'an à choisir une oeuvre pour la traduire en arabe tout au long de l'année. Elle a été mariée puis abandonnée, a été libraire toute sa vie et a eu une amie chère,Hanna. Au fil des derniers jours de l'année, elle se souvient des guerres qui ont dévasté sa ville, de ses belles lectures et de son métier de libraire, de ses longues conversations avec son amie et elle tente de désigner quel ouvrage mérite cette année qu'elle le traduise.

Voilà. Exposer de cette façon, rien ne prédispose ce roman a être captivant voire marquant. Mais je peux vous assurer que Aaliya, cette petite bonne femme avec ses cheveux bleus et son caractère bien trempé qui voue un amour sans borne à ses livres, a su m'enchanter. Déjà avec ses petites manies et ses réflexions acerbes teintées de références littéraires, elle m'a conquise. Un brin impertinente et totalement délurée malgré les apparences, elle a traversé les épreuves sans sourciller, elle partage sa philosophie de la vie avec générosité et plante un regard  enamouré sur sa ville.

Le personnage de Rabih ALAMEDDINE est à l'évidence l'attrait majeur de son roman, il a su camper une héroïne qui démonte tous les critères habituels mais dégage un charisme et suscite l'empathie comme aucune autre. J'ai été surprise de découvrir que l'auteur était d'ailleurs un homme tellement son livre est empreint de pensée féminine, il a su capter le moindre détail pour faire d'Aaliya un personnage dont on se souvient longtemps et qu'on peine à quitter la dernière page lue... Et puis tous ces auteurs cités et aimés, mis en valeur et traduits...Quel régal de se plonger dans ces pages pour une amoureuse des livres comme moi, quelle belle ode à la littérature.

Rabih ALAMEDDINE a une plume superbe et audacieuse avec quelques passages cyniques bien sentis qui réjouissent le lecteur... Parce qu'Aaliya a beau avoir 72 ans, elle n'en reste pas moins insolente avec parfois un petit sourire sardonique sur son visage ridé et c'est tout ce qui fait son charme. Rabih ALAMEDDINE initie aussi une réfléxion sur la traduction, la fidélité du livre originel et les libertés qui peuvent être consenties sans travestir un texte.

Je ne saurai que conseiller à tous les passionnés de littérature de partager ces quelques pages de la vie d'Aaliya et à tous les autres d'être assez curieux voire audacieux pour se laisser séduire par cette petite grand-mère impudente et si attachante. Pour moi, ce livre est un petit bijou.

 

MYMY

LES VIES DE PAPIER de  Rabih ALAMEDDINE,  paru aux Editions LES ESCALES le 25 août 2016