l'h des fous

 

"A Anne-Cécile qui veut savoir si ce que l'on dit sur Lebel est vrai... J'ai le trac tout à coup!". C'est ainsi que Nicolas LEBEL m'a dédicacé son premier livre au Salon du Livre Saint Maur en poche, au mois de juin, lorsque je l'ai rencontré pour la première fois. J'avais entendu parler de lui; la couverture de L'HEURE DES FOUS m'a beaucoup intriguée et je l'ai aussi trouvée irrésistiblement inquiétante; la sympathie de l'auteur a achevé de me convaincre de me plonger dans son univers. Bien m'en a pris.

Un SDF est retrouvé mort sur la voie de chemin de fer de la Gare de LYON à PARIS. A priori, l'enquête s'annonce facile à résoudre, c'est sûrement une bagarre entre vagabonds qui a mal tourné. Sauf que la victime n'était pas réellement un clochard, et que son identité donne tout de suite à l'affaire une tournure plus délicate : il s'agit  d'un célèbre journaliste infiltré qui a déjà par le passé dénoncé l'immobilisme du gouvernement pour aider les sans-abri et fait sauter quelques huiles... L'équipe du commissaire MATIBLOUT va remonter la piste des investigations dans lequelles il s'était lancé et pénétrer tour à tour l'incroyable Jungle créée par les SDF au coeur du bois de VINCENNES, les célèbres bâtiments de la SORBONNE et les bas-fonds parisiens, pour découvrir que quelque part, un groupe s'est organisé et s'apprête à sonner l'heure des fous...

Ce roman, c'est d'abord une équipe d'enquêteurs iconoclaste; on est loin des super-héros, ça change tout et ça fait du bien. De manière contradictoire, elle dépoussière le genre policier alors qu'avec le capitaine MEHRLICHT, on est plus proche de COLUMBO que de FALCO. Proche du physique de la grenouille, il parle façon AUDIARD et en a même fait sa sonnerie de téléphone, dit "que pouic" et "grailler". J'avoue qu'au début, j'ai eu du mal à m'habituer au personnage, pour finalement vite m'attacher à son côté délicieusement suranné et décalé, et les situations cocasses que crée sa confrontation aux autres sont décrites avec beaucoup de finesse et d'humour.

Le lieutenant DOSSANTOS, bodybuildé psychorigide qui cite in extenso les articles du Code pénal et ne supporte pas la moindre entorse aux règles, Sophie LATOUR, qui héberge chez elle un clandestin, et le stagiaire MENARD complètent cette équipe qui, malgré ses apparences de pieds nicklés, sait s'unir et se souder.

Le vocabulaire de Nicolas LEBEL est riche, ses descriptions fouillées et efficaces, que ce soit pour nous transporter dans l'invraisemblable Jungle, où on visualise aisément le personnage du Shaman, dans la majestueuse cour d'honneur de la SORBONNE, où on ressent la grandeur des statues d'HUGO et de PASTEUR ou encore dans les égoûts parisiens.

En prenant le contre-pied de l'écriture actuelle, moderne et brutale, à mon sens Nicolas LEBEL parvient à donner un nouveau souffle au roman policier. On prend davantage son temps, on savoure, on appécie les subtilités, et on ressort enrichi de sa lecture.

 

ANNE-CE

L'HEURE DES FOUS de Nicolas LEBEL, paru aux Editions MARABOOKS POCHE en juin 2014