rever

 

Je commencerai, chose rare, en vous demandant de prêter attention à la très jolie couverture de ce livre : le dessin en relief d'une tête de renard sur un fond de la couleur du pelage de cet animal. Elle prendra tout son sens après votre lecture.

Abigaël DURNAN est psychologue et travaille aux côtés des gendarmes lors des enquêtes criminelles. Elle a pour particularité d'être narcoleptique, c'est à dire de sombrer brutalement dans le sommeil à n'importe quel moment, et il lui est alors parfois difficile de savoir si elle rêve ou si ce qui se passe est encore la réalité, d'autant que son traitement lui fait peu à peu perdre ses souvenirs. Le groupe d'enquêteurs MERVEILLE 51 est actuellement sur les nerfs car confronté à celui qu'ils ont surnommé Freddy. Il a kidnappé un premier enfant il y a dix mois et dès le départ, a prévenu qu'il y en aurait quatre, le prochain enlèvement étant annoncé par un épouvantail couvert de sang, habillé comme l'enfant déjà captif lorsqu'il a disparu mais affublé des vrais cheveux du nouvel enlevé...P as de cadavre, on ignore ce que Freddy fait aux enfants et si ceux-ci sont encore en vie. C'est justement alors qu'elle est harassée par cette éprouvante enquête qu'Abigaël se voit proposer par son père un week-end en famille avec sa fille Léa, mais ils ont un accident sur la route, sa fille et son père décèdent dans un choc épouvantable contre un arbre, alors qu'Abigaël se réveillera dans l'herbe quelques mètres plus loin, indemne de toute blessure grave et sans aucun souvenir de ce qui s'est passé. Dès lors, elle n'aura de cesse de connaître la vérité, même si pour cela elle doit oeuvrer seule contre tous ceux qui pensent que sa maladie lui fait perdre la tête et imaginer des choses dont elle est pourtant convaincue de la réalité.

Globalement, j'ai trouvé ce roman véritablement passionnant. La quête éperdue de vérité d'Abigaël, les doutes incessants auxquels elle est confrontée pour ne pas sombrer dans la folie, les extrémités auxquelles elle se livre pour discerner le songe du réel, alors que ses découvertes induisent toujours plus de questions sans réponse, tous ces éléments permettent une histoire captivante. Deux histoires en réalité, puisqu'Abigaël doit à la fois résoudre l'affaire Freddy et celle constituée par les mensonges de son père et dont elle découvre l'ampleur chaque jour un peu plus.

Toutefois, à plusieurs moments, le côté super-héroïne d'Abigaël, qui s'en va suivre seule et sans aucune arme de dangereuses pistes - alors même qu'elle est seulement psy et pas enquêtrice - m'a agacée et paru peu crédible.

Surtout, le personnage de Freddy, si bien construit au fil des pages et qui m'apparaissait tellement terrifiant, non seulement par sa comparaison avec Freddy KRUEGER  des GRIFFES DE LA NUIT,  mais également par le machiavélisme de ses mises en scène, finit un peu "en eau de boudin" lorsque l'on découvre sa véritable identité. Le méchant perd alors tout son panache, si on peut dire. Du coup, j'ai trouvé la fin un peu décevante de ce point de vue, comme si Franck THILLIEZ n'avait pas été jusqu'au bout de son personnage, même si en définitive Freddy passe au second plan après les révélations qui sont faites à la fin du roman et laisse place à un autre protagoniste.

Avec REVER, Franck THILLIEZ signe un roman qui, sans égaler FRACTURES et PUZZLE qui restent pour moi ses meilleurs, est très réussi avec les quelques bémols évoqués. Moins scientifique et donc peut-être plus accessible que les derniers, on y retrouve cependant toujours la rigueur de l'auteur et les recherches auxquelles il s'est livré, et la facilité avec laquelle il nous fait découvrir de nouveaux sujets à travers ses histoires, ici la narcolepsie.

 

ANNE-CE

REVER de Franck THILLIEZ, paru aux Editions FLEUVE NOIR en mai 2016