1540-1

  

Si vous souhaitez prolonger un peu l’insouciance estivale, je vous conseille cette lecture très rafraîchissante. Les fidèles de ce blog le savent, je lis plutôt des thrillers et quand j’essaie des bluettes, des romans dits « de filles », je suis assez souvent déçue. Mais quelquefois, un auteur arrive à réaliser ce qui pour moi constitue la clé d’un roman léger réussi : parvenir à écrire une histoire qui soit intéressante et pas totalement avalée par l’amourette souvent incontournable dans ce genre de livre, qu’on voit venir à des kilomètres et dès la première page ou presque.

Lola est une jeune trentenaire qui a un rêve, devenir libraire. En attendant, elle est serveuse dans le salon de thé de ses parents et se contente de cette vie pas très épanouissante, tant professionnellement que sentimentalement. Adoptée à l’âge de trois mois, elle n’a jamais rien su de ses parents biologiques, à part leur décès, et cela lui va très bien comme ça. Du moins le croyait-elle, jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’elle avait une grand-mère maternelle qui vient de décéder en lui  laissant pour héritage une maison au fin fond d’un village perdu et surtout une chasse aux trésors sur la piste de ses origines. Qui était Rose, sa grand-mère ? Pourquoi a-t-elle confié Lola à l’adoption au lieu de la garder auprès d’elle ? Tout cela peut-il expliquer les étranges cauchemars qui l’ont toujours hanté ?

Avec LES LETTRES DE ROSE, Clarisse SABARD nous livre une histoire touchante, émouvante et plus profonde qu'il n'y paraît.

Alors bien sûr, elle n’échappe pas au cliché de la jeune trentenaire pas au mieux dans sa vie amoureuse qui décide de refaire sa vie ailleurs et bien sûr trouvera tout de suite et comme par miracle l’homme parfait qu’elle a toujours cherché (j’assume le côté célibataire aigrie de cette phrase ; au moins dans les thrillers se passent des choses qui peuvent arriver dans la vraie vie…). Mais l'histoire entre Lola et Jim n'arrive que progressivement dans un récit déjà bien installé et ne l'écrase donc pas; elle est véritablement secondaire.

Et pour arriver à sa fin chamallow, Clarisse SABARD a le mérite de développer une vraie histoire à partir de deux sujets sérieux qui sont au coeur de ce roman : d'une part l'histoire des femmes de la famille de Lola, en commençant par son arrière grand-mère, et d'autre part l’adoption et le secret des origines.

Les lettres laissées par Rose à sa petite-fille Lola racontent admirablement bien la vie quotidienne des femmes de 1910 à  1987, les contraintes qui dictaient leurs choix, les compromis, les renonciations, leurs combats intimes et les deux conflits mondiaux... et bien sûr leurs secrets. Les aïeux de Lola, féminins comme masculins, sont très attachants, l'écriture de Clarisse SABARD est très agréable et elle raconte une véritable saga familiale comme on les aime, haletante et pleine de rebondissements.

Parallèlement, puisque l’auteur alterne entre la narration de Lola au présent et celle de Rose au passé, est très bien mis en lumière combien il peut être difficile, lorsqu’on a été adopté aussi jeune et qu’on a construit l’intégralité de sa vie avec ses parents adoptifs, de prendre une décision quand surgit la possibilité de connaître ses origines. Ainsi Lola est d’abord réticente à se plonger dans son histoire de peur de remettre en cause sa vie actuelle et de blesser ses parents adoptifs. Elle craint légitimement que ce qu’elle découvre ne lui plaise pas. Pourtant, elle ne se résout pas à tourner le dos à la vérité de ses origines et à son histoire familiale. A raison puisque peu à peu, Lola comprend qu’elle l’ignorait jusque-là, mais qu’apprendre enfin qui elle est et de qui elle vient lui a toujours manqué et l’empêchait de se réaliser complètement. On prend un risque en découvrant de qui et d’où on vient, et cela peut parfois se révéler difficile à assumer, pourtant c’est pour certains indispensable à la construction de la personnalité.

Pas si léger que ça finalement, et c’est sûrement ce qui fait de ce livre une vraie réussite. 

 

ANNE-CE

LES LETTRES DE ROSE de Clarisse SABARD, paru aux Editions CHARLESTON en mai 2016