1540-1

 

J'ai déjà évoqué ici mon plaisir à lire des romans qui évoquent des fratries. Avec LE CHANT DU ROSSIGNOL, j'ai allié ce plaisir à celui de me plonger dans l'histoire et plus précisément la Seconde Guerre Mondiale. J'ai donc dévoré ce très beau livre qui m'a tenu en haleine de bout en bout avec ses héroïnes, Vianne et Isabelle, soeurs impétueuses et attachantes .

En 1939, en TOURRAINE, Vianne doit dire au revoir à son mari Antoine qui est appelé sous les drapeaux. Restée seule avec sa fille Sophie, elle tente de survivre pendant cette période trouble et essaie de préserver ses proches des horreurs de l'Occupation. Contrainte d'héberger un commandant nazi, elle s'évertuera à rester fidéle à ses valeurs tout en étant confrontée aux difficultés quotidiennes en temps de guerre. Isabelle, la jeune soeur survoltée de Vianne, refuse cette domination germanique et refuse l'idée de devoir se plier à l'hégémonie de l'occupant. Malgré sa jeunesse et son inexpérience, elle entreprendra tout pour intégrer le mouvement des résistants et fera preuve d'un courage sans faille pour organiser des opérations risquées, au péril de sa vie. Les deux soeurs traverseront la guerre chacune selon ses convictions et surmonteront les épreuves avec courage et abnégation.

Pour ma part, j'ai tourné les pages de ce roman sans les voir défiler tellement j'ai été happée par les destins parallèles de ces deux soeurs si différentes mais si attachantes. La période de la Seconde Guerre Mondiale qui sert de théatre à ce récit permet à l'auteur de mettre en valeur les actions de ces femmes de l'ombre qui ont su, aussi bien que les hommes, faire preuve d'héroisme et ont contribué à la victoire de la Résistance face au despotisme nazi.

La Grande histoire est ici relatée à travers la petite histoire de ses héros anonymes. La psychologie de chacune des soeurs est ici décortiquée pour expliquer leur action personnelle face à l'ennemi. Vianne est plus introvertie et décide au fil du temps de mener sa petite guerre en cachant des enfants juifs et en dupant les commandants nazis qui cantonnent chez elle. Isabelle, plus exaltée, va quant à elle choisir des missions périlleuses afin de prouver son patriotisme et gagner ses galons de résistante. Sur fond de conflit familial, ces deux femmes mèneront chacune leur combat face à l'ennemi et comprendront au fil du temps que les liens qui les ont toujours unis mais leur paraissaient si ténus sont plus forts que tout. Cette adversité qui va les mener sur des chemins bien différents fera en sorte de les rapprocher malgré tout.

Ce qui m'a surtout plu dans ce roman ce sont évidemment ses deux femmes aussi héroïques qu'imparfaites. Leur action nous oblige à nous questionner nous mêmes quant à une action quelconque en tant de guerre... aurions-nous eu le sang froid et la détermination d'Isabelle ou aurions-nous choisi comme Vianne de rester dans l'ombre et de mener des combats moins éloquents? J'avoue que ces deux histoires croisées m'ont passionnée et que j'ai refermé ce roman avec un petit pincement au coeur de devoir quitter Vianne et Isabelle. J'aurais voulu après avoir connu le pire avec elles, les voir évoluer dans les bonheurs simples d'une vie en temps de paix...

Alors évidemment, le sujet évoqué dans le roman de Kristin HANNAH a été maintes fois abordé, mais je vous invite à partager les doutes et les épreuves de ces deux soeurs pour un bon moment de lecture émouvant et passionnant.

 

MYMY

LE CHANT DU ROSSIGNOL de Kristin HANNAH, paru aux Editions MICHEL LAFON en avril 2016