1540-1

 

C'est l'histoire de deux Cousines de lecture sélectionnées par BABELIO et les Editions MOSAIC pour recevoir le nouveau roman de Karin SLAUGHTER et la rencontrer... Rendez-vous très bientôt pour notre compte-rendu de l'entretien avec l'auteur et place à notre lecture croisée de PRETTY GIRLS.

Lorsque Lydia et Claire avaient 17 et 14 ans, leur soeur aînée de 19 ans, Julia, a brutalement disparu et nul n'a jamais su ce qu'il était advenu d'elle. Entre une mère qui s'est repliée dans sa souffrance et un père qui n'a jamais cessé de chercher la vérité, les deux soeurs ont essayé d'exister chacune à leur manière et chacune a fait de mauvais choix. Le drame a fini par disloquer la famille et depuis 24 ans, elles n'ont plus eu aucun contact, ignorant tout de leur vie respective et se vouant une haine farouche.  

Pourtant, lorsque le mari de Claire est assassiné, que le FBI semble s'intéresser à lui et qu'elle-même croit découvrir une facette de son époux qu'elle n'aurait pu imaginer, Lydia n'hésitera pas à répondre à l'appel au secours de sa soeur car si la rancoeur et la souffrance les unissent, le souvenir de leur aînée aussi. Or Claire a trouvé dans les affaires de Paul des vidéos où  apparaît une jeune fille qui ressemble étrangement à celle dont l'enlèvement fait la une des journaux, et cela ravive chez les deux soeurs le drame jamais résolu de la disparition de Julia.

Bon, j'admets avoir quelques réserves. D'abord l'histoire met du temps à se mettre en place. Ensuite, la rapidité avec laquelle les deux soeurs se réconcilient, après plus de 20 ans de conflit, ne m'a pas semblé très crédible, quelles que soient les circonstances de leurs retrouvailles forcées. C'est peut-être justement là le propos du livre - la force des liens qui unissent des soeurs, envers et contre tout - mais j'aurai été convaincue davantage si la reprise de contact avait été plus progressive. Enfin, et sans trop en dire, le côté "super-héroïnes" de Lydia et Claire m'a paru tout aussi invraisemblable. Et pourtant, je dois dire que malgré cela le suspense fonctionne et on tourne les pages avec impatience. Je précise quand même que Karin SLAUGHTER décrit de manière détaillée des scènes de snuff movies qui pourront rebuter certains. Par ailleurs, j'ai aimé l'insertion, au milieu de l'histoire vécue par Claire et Lydia, des récits que son père a continué d'adresser à Julia après sa disparition et le fait que ce soit à travers eux que l'on découvre comment la famille a vécu - ou plutôt survécu - avec ce drame. Au final, plus que la relation entre les soeurs, c'est davantage le combat d'un père que je retiens de ce roman.

Du coup, je ressors de ma lecture un peu mitigée, pas totalement emballée mais sans pour autant regretter cette découverte.

 

ANNE-CE

 

 

Déjà, avant de commencer à écrire quoi que ce soit sur Karin SLAUGHTER, je dois faire mon mea culpa! Figurez vous que je ne connaissais pas cette auteur de thriller à la renommée internationale. Et oui, j'ai des lacunes... surtout en romans policiers ! Donc grâce à BABELIO et aux Editions MOSAIC, j'ai pu découvrir la plume et l'inventivité de  Karin SLAUGHTER .

A la lecture de ce roman, je concéde que l'intrigue est assez bien ficelée avec des passages parfois à la limite du soutenable tellement les descriptions sont précises et violentes. L'envie de connaître l'issue des recherches de Claire et Lydia vous prend aux tripes car au final, elles recherchent leur soeur aînée qui consolidait la fratrie avant de disparaître. J'ai d'ailleurs bien aimé le relationnel des deux soeurs même si il est vrai qu'après 20 ans de brouille, elles se réconcilient bien trop facilement sans vraiment de ressentiment. L'image du père omniprésente est aussi révélatrice des liens forts qui existaient au sein de cette famille dévastée par la disparition de Julia.

Par contre, j'avoue avoir quelques reproches quant au personnage du principal suspect à la fois trop lisse dans la vraie vie et qui , selon moi, a des dons de prestidigitateur (vous comprendrez en lisant le livre !) . Je n'ai pas vraiment adhéré à ce protagoniste qui recèle bien trop de zones d'ombres dans son cursus.

Karin SLAUGHTER, dans cet opus, se positionne du point de vue des victimes et c'est peut-être là tout l'intérêt du livre car pour une fois, il n'est pas question de flics qui ménent l'enquête ou de serial killer qui s'exprime . Claire et Lydia mènent la danse et malgré leur statut de victimes, elles ne baissent pas les bras et se battent pour que la vérité éclate . En fait, c'est ce que je retiendrai de ce roman, les victimes ressortent grandies et triomphantes des épreuves et peuvent continuer leur vie avec la vérité enfin dévoilée. J'imagine que les amateurs de Karin SLAUGHTER vont y trouver leur compte. Pour ma part, cette première approche a été intéressante et parfois captivante mais j'aimerais bien me confronter à un autre thriller de cette auteur pour me forger une idée plus solide de son travail. A suivre ...

 

MYMY 

 

PRETTY GIRLS de Karin SLAUGHTER, paru aux Editions MOSAIC en février 2016