1540-1

 

Encore un roman sur la Seconde Guerre mondiale... sur fond d'histoire d'amour, ou plutôt l'inverse.

Andras est un jeune juif hongrois dont le rêve est de devenir architecte, et pour y parvenir, il part faire ses études à PARIS. Dans ses bagages, une lettre qu'on lui a demandée de remettre à un mystérieux destinataire, "C. MORGENSTERN". Il ne sait pas encore qu'il s'agit d'une femme dont il va tomber amoureux dès leur première recontre, Klara, professeur de danse. Mais l'obstacle est double sur la route du bonheur d'Andras : d'abord Klara a neuf ans de plus que lui, ensuite elle cache un lourd secret qui l'a contrainte à quitter la HONGRIE précipitamment alors qu'elle n'était qu'une adolescente, et qui l'empêche depuis d'envisager d'y retourner, alors qu'elle y a laissé toute sa famille.

Lorsque Klara et Andras parviennent à faire fi des conventions et du poids des secrets, et décident de vivre leur amour, c'est le déclenchement de la guerre et le début des mesures antisémites. Le visa d'étudiant d'Andras n'est pas renouvelé et il est contraint de rentrer en HONGRIE, où il est immédiatement envoyé en camp de travail forcé. Commence alors une longue lutte pour survivre, avec un seul espoir pour le faire tenir : revoir Klara et extorquer à la guerre le bonheur qu'ils se sont promis.

LE PONT INVISIBLE est avant tout une histoire d'amour passionnée entre deux êtres que tout semble vouloir séparer. Le personnage d'Andras est très attachant, de par sa farouche volonté de vivre et de s'accomplir malgré les épreuves qu'il devra affronter, les pertes qu'il devra subir. S'il s'agit aussi d'un énième roman sur fond de Seconde Guerre mondiale, il a le mérite d'envisager celle-ci sous l'angle de la HONGRIE, pays allié de l'ALLEMAGNE nazie et dont la population se croira un temps et pour cela à l'abri des horreurs de la guerre.

Toutefois, à mon sens, de larges coupes dans le récit auraient été nécessaires. Le roman comporte 900 pages et environ 200 avant la fin, je me suis retrouvée engluée dans l'histoire à tel point que j'avais vraiment hâte de finir ce roman devenu étouffant pour pouvoir passer à autre chose.

Vous l'aurez donc compris, une lecture qui n'a pas été désagréable, mais qui est loin d'être indispensable.

 

ANNE-CE

LE PONT INVISIBLE de Julie ORRINGER, paru aux Editions POINTS en juin 2014