1540-1

 

Bouleversant et émouvant sont les deux qualificatifs qui me viennent à l'esprit juste après avoir lu la dernière page du livre de Sophie DAULL. J'ai été complètement lessivée par le récit que cette comédienne fait du décès brutal de sa fille unique Camille....

Camille a 16 ans, les travers d'une ado choyée, des copines qui comptent plus que tout, des parents aimants et des rêves plein la tête... Sauf que Camille, un soir, quelques jours avant Noël, fait une grosse poussée de fièvre qui ne passe pas, a des douleurs insupportables et reste entre sommeil et délire dans son lit pendant quatre jours. Ravagée par l'inquiètude, sa mère la veille, téléphone avec insistance aux docteurs qui lui disent qu'il s'agit d'une simple grippe et cette maman, désemparée, administre à sa fille simplement du paracétamol prescrit par le corps médical, cajole son enfant et la surveille ...

Jusqu'à ce que Camille décède la veille de Noël, chez elle, malgré l'intervention d'urgence des médecins et des urgentistes....

Sophie DAULL, ravagée, a perdu sa fille de façon foudroyante d'une infection bactérienne à l'âge de 16 ans... Difficile de se mettre à la place de cette maman qui relate ici l'avant et l'après de la mort de sa fille aimée et chérie. Sauf que Sophie DAULL ne se limite pas à nous raconter les derniers jours de Camille. Elle se rappelle leur complicité, leurs désaccords, leurs souvenirs communs et tente d'exprimer cette colère, cette douleur et cette incompréhension qui la rongent. Ce récit est donc également emprunt de beaucoup de moments de joie... et de solidarité aussi... Parce que Camille n'est plus, mais ses amies, les personnes qui l'aimaient, font corps avec ses parents face à la perte. Sophie DAULL s'attache à rendre hommage à son unique, à sa princesse et ceci sans une once de pathos....

J'avoue que j'ai été chamboulée par cet écrit poignant.... Je ne suis pas ressortie indemne de ma lecture. Sachant que j'ai moi aussi une fille unique, que j'ai pu observer autour de moi des drames similaires et qu'en tant que maman, je me suis déjà posée la question de savoir si je pourrais survivre un jour à ma fille s'il lui arrivait malheur... Le courage de Sophie DAULL force l'admiration et il est difficile d'imaginer endosser son malheur, mais certains sentiments, certaines réactions et certains comportements ont suscité ma réflexion personnelle. J'ai aimé le regard bienveillant et sincère qu'elle porte sur son envolée, sur cette jeune femme en devenir qu'elle était et le futur qu'elle ne connaîtra jamais....

Les mots (ou les maux) couchés dans ce court texte sont des uppercuts qui font mal et réveillent en nous des instincts primaires d'animaux blessés (comme une louve qui protège ses petits) tels les cris bestiaux que Sophie DAULL éructe presque pour libérer sa souffrance....

Un hommage magnifique et vibrant d'une mère à sa fille... qui rend encore plus précieux (si c'est possible !) chaque instant partagé avec son enfant.

 

MYMY

CAMILLE, MON ENVOLEE de Sophie DAULL, paru aux Editions Philippe REY en août 2015